Mémoire engloutie, l'histoire du Santo Domenico

 

Le Saint Dominique est un trois-mâts italien à coque d’acier construit en 1893. Le 16 juin 1897, le voilier est conduit par le remorqueur Marseillaise du Vieux Port de Marseille aux chantiers de l’Estaque pour réparation. Ce jour là, un très fort mistral balaye la rade marseillaise et la mer est très formée. Le Saint Dominique se met à tanguer fortement. Le Capitaine Gavagnin du Saint Dominique en saisit immédiatement la raison : le lest de 100 tonnes normalement arrimé à la quille pour assurer sa stabilité a été retiré. Le gîte du bateau s’accentue et le trois mâts charge de plus en plus d’eau dans ses cales. Soudain le flanc bâbord se recouvre d’eau, et entraîne le navire au fond. Trois des marins ne purent être sauvés par la Marseillaise. 


Aucune tentative n’a été entreprise pour renflouer le navire. Les scaphandriers découperont le gréement afin que d’autres bateaux ne le heurte pas. C'est une très belle plongée et, comme le Chaouen, une très belle épave d’ambiance. Dans les cales il faut se retourner vers la surface, et contempler le bleu à travers les barreaux du pont. Sur la proue, l’ancre a disparue. Il faut faire attention à ne pas s’accrocher aux restes d’un grand filet qui recouvre une partie avant du navire